Dernière parution: Ocean's News No 0011  (Version PDF)

les 15è assises scientifiques et culturelles de la FESPAO à Ouidah

Entrepreneuriat

Côte d’Ivoire: Pass Mousso, le petit bijou de santé numérique de Corinne Maurice

Corinne Maurice créatrice de Pass Mousso

Foire Internationale du livre de Lomé 2019

Pass Mousso est un bracelet connecté qui contient toutes les données utiles à une prise en charge rapide et sûre des malades. Ce petit bijou de santé numérique est l’œuvre de l’Ivoirienne Corinne Maurice.

Pass Mousso, un bracelet numérique décodable jour et nuit. Un bijou qui consigne l’état de santé d’une personne, ses pathologies, ses allergies et une liste de proches à prévenir en cas d’urgence. L’idée de la création de ce bracelet est née suite à un drame survenu en Côte d’Ivoire en 2014.

Le 25 mars 2014, la Côte d’Ivoire est en émoi. Awa Fatiga, mannequin de 23 ans meurt aux urgences du CHU de Cocody, dans la capitale. Le manque de soins et l’absence de garantie de paiement sont évoqués dans ce drame qui concerne une jeune femme admise dans le coma après une agression à l’arme blanche. Quand Corinne Maurice apprend la nouvelle, elle est choquée par ce drame, par cette vie qui disparaît alors qu’elle aurait pu être sauvée. C’est ce jour-là qu’elle commence à mûrir l’idée d’un carnet de santé qu’on aurait toujours sur soi et qui indiquerait des coordonnées de proches.

le bracelet Pass Mousso
le bracelet Pass Mousso

Cinq ans plus tard, Corinne Maurice porte nuit et jour son carnet de santé, sous forme de bijou comme les 10 000 personnes qui ont désormais leur Pass Mousso, un bracelet numérique décodable jour et nuit. Un bijou qui consigne son état de santé, ses pathologies, ses allergies et une liste de proches à prévenir en cas d’urgence.

Lire aussi:  Portrait : Urbain Amoussou, le jeune fondateur de « AGAU Editions. »

Corinne Maurice, qui a déjà reçu plusieurs prix, fait partie des 54 élues de Women in Africa (WIA) 2019, une récompense pour les femmes entrepreneures qui font l’Afrique de demain. A l’automne, elle va lancer son Pass Mousso au Togo, au Niger et au Bénin, où déjà 500 personnes sont précurseurs. Ses défis suivants seront d’élargir la gamme des bijoux pour proposer d’autres modèles que le bracelet, le pendentif ou le porte-clés qui existent déjà en métal ou en plastique (le premier prix est de 3 euros). Viendra aussi l’élargissement des points de vente.

De l’idée à la concrétisation

Corinne Maurice a dû franchir une longue série d’obstacles avant d’en arriver à la création de Pass Mousso. Née à Abidjan en 1980, elle grandit avec pour modèle la journaliste Marie-Catherine Kouassi, animatrice à Cocody FM.

A 13 ans, ses rêves se brisent et sa vie se complique lorsque, sa mère quitte le domicile familial, lui laissant, en tant qu’aînée, la charge de ses cinq frères et sœurs en plus d’un père défaillant. « Ça n’a pas été facile, mais rétrospectivement la famille, c’est un peu une petite entreprise », résume Corinneà nos confrères du journal Le Monde. 

Le Pass Mousso, un petit bijou de santé numérique
Le Pass Mousso, un petit bijou de santé numérique

Corinne continue tant bien que mal ses études et finit par obtenir un diplôme de droit. Avec ce diplôme en poche, elle décroche un travail de secrétaire dans une entreprise de sécurité électronique. Très bien payée, elle donne pourtant sa démission, persuadée que son destin est ailleurs et qu’elle doit créer une entreprise. Elle préfère donc un « emploi jeune » à la Banque mondiale où, en parallèle, elle bénéficie d’une formation. De fil en aiguille, elle se forme au numérique et à l’entreprenariat, certaine que

«si l’Afrique a raté la révolution industrielle elle ne peut rater le tournant du numérique».

Et cette aventure, elle en sera, c’est sûr, elle en a depuis longtemps l’intuition ! Bien loin donc de ses premières amours journalistiques, Corinne avance. Elle creuse son sillon et rassemble ses économies. Pour 12 000 euros, une agence lui propose de lancer ce projet de carnet de santé qu’on garde sur soi. Elle paie, mais la proposition est une escroquerie et l’équipe disparaît avec l’argent… Echec cuisant pour la jeune femme qui refuse d’en rester là, et se relève plus convaincue que jamais qu’« on apprend de ses échecs ».

Elle continue donc la marche très limitée sur le plan financier après ce premier échec. Pour poursuivre son projet, elle se voit obliger de casser les livrets d’épargne de ses deux enfants pour payer un groupe de développeurs et avancer elle-même sur son projet de bracelet connecté. Avec ces fonds débloqués, elle fait rapidement fabriquer « un prototype de bracelet contenant un code personnel qui, sur une appli dédiée, donne accès au dossier médical du patient. C’est destiné aux urgentistes ou aux autres médecins et cela leur permet d’avoir accès à un dossier délocalisé et sécurisé ». Aujourd’hui, Corinne Maurice a passé un contrat avec le ministère ivoirien de la santé.

Lire aussi:  Portrait: Inoussa Maïga, l’ambassadeur du secteur agricole en Afrique

« Gain de temps en cas d’urgence »

Testé dans une clinique d’Abidjan durant sa phase pilote, le bracelet Pass Mousso est désormais répertorié dans une vingtaine d’hôpitaux et maisons de soins du pays, utilisé par 200 médecins et porté par 10 000 personnes. « En entrant le code du bracelet, un médecin accrédité trouve l’identité du patient, puis son carnet de santé. Cela permet un gain de temps en cas d’urgence, cela évite des interactions médicamenteuses dangereuses ou des contre-indications et cela permet d’offrir un meilleur suivi si deux médecins s’occupent d’un même patient », explique la directrice générale de Pass Mousso. Evidemment, par sécurité, il faut des codes pour ouvrir l’application et seuls les praticiens peuvent y intégrer des données. La formule permet aussi aux familles d’être prévenues en cas d’accident, un point essentiel aux yeux de la conceptrice.

« Un de mes grands moments de bonheur,a été la visite au bureau d’une femme qui venait nous remercier, car elle a eu un AVC et sa famille a pu être prévenue grâce à son bracelet. D’autres nous ont raconté comment on a sauvé la vie d’un de leurs proches », souligne la jeune femme qui ne cache pas son émotion.

Lire aussi:  Portrait: Louis Claude Hermann Mefire, le jeune entrepreneur qui croit à une coopération Chine Afrique plus juste

Source : le monde

Feli Fashion New

Articles similaires
ActualitésEntrepreneuriat

USA: Adolph Dagan, le Togolais ouvre le premier supermarché africain à Clarksville, Tennessee

Entrepreneuriat

Portrait: Komi Afetse, de Lomé au Pentagone

Entrepreneuriat

Entrepreneurs d’Afrique, Ocean’s News vous ouvre son antre

Entrepreneuriat

Découverte: Simone Lamah, une jeune activiste qui force l'admiration

Inscrivez-vous à notre newsletter et restez informé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *