ActualitéMusique

Afrique du Sud : décès du chanteur Joseph Shabalala

Le chanteur Sud-africain Joseph Shabalala, fondateur de Ladysmith Black Mambazo est mort mardi à l’âge de 78 ans. Il est l’un des musiciens ayant contribué à introduire le son de la musique traditionnelle zouloue dans le monde.

Joseph Shabalala est mort à l’hôpital de Pretoria, en Afrique du Sud, a déclaré le manager du groupe. « Oui, c’est vrai. M. Shabalala est décédé ce matin », a déclaré Xolani Majozi, mardi 11 février au South Africa Times. « Le groupe est en tournée aux États-Unis, mais ils ont été informés et sont dévastés parce que le groupe est une famille », a-t-il ajouté.

« Nous célébrons et honorons votre cœur bienveillant et votre vie extraordinaire. À travers votre musique et les millions de personnes avec lesquelles vous êtes entrés en contact, vous vivrez pour toujours », a indiqué le groupe dans une déclaration sur twitter.

Alors que la nouvelle de sa mort se répandait, les hommages affluaient du monde entier. Le gouvernement sud-africain a rendu hommage au musicien dans un tweet, en disant : « Nous tenons à exprimer nos condoléances pour le décès de Joseph Shabalala, fondateur du groupe Ladysmith Black Mambazo ». Il a ajouté dans Xhosa, “Ulale ngoxolo Tata ugqatso lwakho ulufezile.” (Repose en paix, père, ta course est complète).

Plusieurs grands de la musique Sud-africaine ont emboîté le pas. « Mon ami, un humble géant, Joseph Shabalala, est décédé ce matin. Mes sincères condoléances à sa famille et à ses amis », a écrit le chanteur sud-africain Sipho “Hotstix” Mabuse sur Twitter. « Je suis profondément attristé. On se souviendra de vous comme d’un géant de la musique sud-africaine et d’un pionnier de l’industrie », a écrit Herman Mashaba, ancien maire de Johannesburg.

Lire aussi:  La justice autorise la prostitution au Nigeria

Joseph Shabalala était surtout connu comme le fondateur et le directeur du groupe choral Ladysmith Black Mambazo, qui a remporté cinq Grammy Awards et a figuré en bonne place sur l’album Graceland de Paul Simon. Ses musiciens et lui ont également atteint la 15e place des charts britanniques avec une reprise de Swing Low Sweet Chariot, pour la Coupe du monde de rugby de 1995.

Le parcours de l’article

Aîné d’une famille de huit enfants vivant dans une ferme à Tugela, près de la ville de Ladysmith en Afrique du Sud, Joseph Shabalala est né en 1941. En 2014, alors qu’il prenait sa retraire, il déclarait au journal sud-africain The Citizen : « Quand j’étais jeune garçon, je rêvais de devenir une personne instruite, peut-être un enseignant, un médecin ou quelque chose comme ça. »

Ce rêve n’a pas pris forme mais a donné place à un autre rêve qui s’est avéré plus grand. Contraint de quitter l’école à l’âge de 12 ans, à la mort de son père, pour travailler dans la ferme familiale et, plus tard, dans une usine locale, il chantait avec des amis dans un groupe local appelé les Blacks pendant son temps libre.

Les jeunes garçons, lorsqu’ils se réunissaient, commençaient à fredonner des chansons, jusqu’à ce que les mamans et les voisins leur disent : “Hé, refaites-le”, a-t-il déclaré à la BBC. « C’était comme ça. Elles disaient : Faites-le encore, faites-le encore ».

Il est finalement devenu le chef et le compositeur principal de la chorale, fusionnant des chants et des danses zoulous indigènes avec l’isicathamiya sud-africain, une tradition a capella qui était souvent accompagnée d’un style de danse doux et traînant.

Lire aussi:  Togo : l'ambassade de France adopte le télétravail

Ils ont été rebaptisés Ladysmith Black Mambazo, un nom significatif à plusieurs niveaux : Ladysmith représentait leur ville natale, Black faisait référence aux bœufs noirs qui étaient les plus forts de la ferme, et Mambazo, du mot zoulou signifiant hache, symbolisait la capacité du groupe à réduire la concurrence.

Une prestation radiophonique en 1970 a débouché sur un contrat d’enregistrement et, en 1973, ils ont sorti le premier album en or d’Afrique, Amabutho. Le groupe a obtenu une reconnaissance mondiale après avoir été recrutés pour chanter sur l’album “Graceland” de Paul Simon, qui s’est vendu à plusieurs millions d’exemplaires, notamment sur “Homeless”, une chanson que Shabalala a co-écrite avec Simon, basée sur la mélodie d’une chanson traditionnelle zouloue de mariage.

Le groupe a rejoint Simon lors de sa tournée mondiale suivante. En retour, il a produit leurs trois albums suivants – le Shaka Zulu de 1987 a remporté un Grammy pour le meilleur enregistrement de folk traditionnel.

Joseph Shabalala pris sa retraite en 2014, peu après avoir participé à un concert à la mémoire de Nelson Mandela. Il a continué à enseigner la musique chorale traditionnelle, tandis que quatre de ses fils (et un petit-fils) ont poursuivi son héritage au sein de Ladysmith Black Mambazo.

Joseph Shabalala était avec sa femme Thokozile Shabalala, dans ses derniers moments, a déclaré Xolani Majozi.

Source : bbc afrique

Votre Note
Cliquez pour noter ce post!
[Total: Average: ]

Tags
Afficher plus

Par Aimé APEDOH

Directeur de Publication de Ocean's News

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Désactivez votre bloqueur de publicité

Pour une navigation optimale sur notre site, veuillez désactiver votre bloqueur de publicité.