Dernière parution: Ocean's News No 12  (Version PDF)

MAGAZINE OCEAN'S NEWS

DossiersEntrepreneuriat

Les défis des jeunes africains en entrepreneuriat

Les défis des jeunes entrepreneurs africains

Le chômage fait rage et les jeunes en pâtissent le plus. Face à une telle situation, nombreux sont-ils à se lancer dans l’entrepreneuriat. Monde du possible et des opportunités, mais aussi un monde plein de défis à relever. Les jeunes entrepreneurs nous parlent de leurs quotidiens à travers ce dossier de la rédaction du magazine Ocean’s News.

L’entrepreneuriat connait un essor considérable en Afrique. Constituée d’une population jeune en majorité, l’Afrique se tourne de plus en plus vers l’écosystème entrepreneurial. Cependant, l’entrepreneuriat en Afrique relève d’un vrai parcours de combattant. Le jeune entrepreneur en Afrique doit faire face aux lenteurs administratives, à un environnement des affaires inaccessibles sans oublier son environnement culturel et social qui ne cesse de le ralentir.

Tant d’obstacles à braver qu’il n’est pas donné à tout le monde de réussir dans l’entrepreneuriat. Et comme le dit Jacques Lerouieil, spécialiste financier basé à Kigali, « lancer son affaire ne suffit pas, encore faut-il la pérenniser ». Il faut pour cela faire preuve de sérieux, de courage, de détermination, d’abnégation et de résistance aux pressions et chocs extérieurs. L’expression américaine « Only the strongests survive » (Seul les plus forts survivent) prend tout son sens dans la sphère entrepreneuriale africaine.

Entrepreneurs par défaut VS Entrepreneurs par vocation

On pourrait classer les entrepreneurs par catégorie : les entrepreneurs par défaut et les entrepreneurs par vocation. Pour les premiers, entreprendre est une option provisoire en attendant de trouver le boulot parfait ou encore, ils choisissent cette voie parce que toutes les portes étaient fermées à eux. Ceux-ci ont peu de chance de réussir. Les entrepreneurs par vocation par contre ont de fortes chances de réussir car l’entrepreneuriat est avant tout une question de vocation. D’autres vont jusqu’à parler de passion. Deux catégories différentes d’entrepreneurs qui ont conduit un bon nombre de personnes à tirer la conclusion que « l’entrepreneuriat africain est davantage subi que choisi car c’est souvent en l’absence d’opportunités au sein du secteur formel, que certains finissent par se lancer dans l’entrepreneuriat pour générer un revenu minimum. »

Lire aussi:  Découverte : En RDC, Ombeni Manegabe confectionne des vêtements à base de feuilles de bananiers

Les difficultés dans l’univers entrepreneurial

Il faut dire qu’autant le jeune entrepreneur que l’entrepreneur ayant déjà de l’expérience professionnelle avérée sont confrontés aux mêmes difficultés quand ils décident d’entreprendre en Afrique. Pour vous plonger dans cet univers entrepreneurial et vous permettre de prendre connaissance de tout ce qu’il renferme, nous avons approché quelques jeunes entrepreneurs pour qu’ils partagent avec nous leurs difficultés au quotidien.

« Au quotidien il faut dire que la première difficulté c’est sur le plan moral et mental dû au manque de soutien de la famille. Parce que rares sont les familles qui accompagnent le jeune entrepreneur dans son choix, rares sont les familles qui comprennent et le soutiennent moralement dans sa décision. La plupart refusent catégoriquement l’idée, lui mettant des bâtons dans les roues et critiquant le choix parce qu’ils se focalisent sur le gain immédiat. Ils n’ont pas cette vision de commencer maintenant et d’attendre 3, 4 voire 10 ans pour atteindre la liberté financière. L’entrepreneur se bat tous les jours pour faire réussir son entreprise et aussi contre sa famille », témoigne DIASSO Serges, jeune entrepreneur burkinabè dans le domaine de l’élevage et l’agriculture.

Lire aussi:  Togo: Lomé arbitre le Forum international Invest in West Africa

Aux difficultés quotidiennes, il ajoute la question des imprévus. « Le deuxième obstacle est logique au niveau de toute activité. Ce sont les imprévus et l’inconnu parce que quand tu es dans une activité, il y a des prévisions faites sur certaines recherches mais tu ne peux pas dire de quoi sera fait demain, tu ne peux pas dire si tes plans vont marcher, donc il y a vraiment un inconnu total. Y a une insécurité financière mais aussi mentale. »

Dans le même ordre d’idées, Princesse POADIAGUE Miss Burkina 2017, entrepreneure, promotrice de la marque de vêtements As’soué nous relève le point suivant : « En tant que jeune entrepreneur, il n’est souvent pas facile d’atteindre ses objectifs et réaliser le chiffre d’affaire prévisionnel. Si je prends le cas de notre structure qui se veut faire la promotion de l’artisanat et du textile burkinabè, nous remarquons que les populations apprécient plus les produits importés, ce qui fait baisser la vente. »

Quant à la jeune styliste Ruth Kokoé GABIAM, entrepreneure togolaise et promotrice de la maison de mode M’RODFASHION, pour elle, « les principales difficultés résident dans le manque de la main d’œuvre, des matières premières pour répondre aux besoins des clients et dans la difficulté à pouvoir évacuer les produits car la consommation locale est peu prisée. » Tant de difficultés qui de part et d’autres freinent souvent certains entrepreneurs dans leur lancée. Et que dira-t-on de cette incessante problématique de financement à laquelle les entrepreneurs sont confrontés ?

De cet aspect, Atobine Ibrahim NEBIE, jeune entrepreneur burkinabè dans l’élevage (production, commercialisation et distribution) nous parle à cœur ouvert. « Souvent tu as un marché et pour l’exécuter, il te faut un fond. Dans cette démarche de la recherche de ce fond, tu seras face aux problèmes de banques parce qu’on va te demander une garantie qu’il te sera difficile de rembourser. Et même au tout début de ton entreprise, tu fais tes estimations, ton business plan, ton planning et tout mais pour trouver le financement c’est compliqué. Les gens ici n’ont pas le goût du risque. Souvent ils peuvent voir un projet porteur, tu le mets sur papier tu fais tes estimations mais tu ne trouveras personne pour te financer. Et comme je le disais plus haut, les institutions de micro-finance, elles proposent de faibles ressources de financements pour des taux d’intérêts élevés. »

Lire aussi:  Portrait: Inoussa Maïga, l’ambassadeur du secteur agricole en Afrique

DIASSO Serges cité plus haut évoque aussi cet aspect financier. « On te donne des sommes qui ne peuvent même pas t’aider à démarrer. Surtout dans le domaine de l’élevage, qu’on le veuille ou pas, il faut de gros moyens sinon ce n’est pas la peine, tu n’auras pas des ouvriers pour travailler avec toi ni un appui technique ».

Des réactions qui nous conduisent à tirer la conclusion que l’entrepreneur doit tout d’abord compter sur lui-même, et ses propres ressources car le financement public est très limité. Dans ce sens, notre entrepreneur DIASSO Serges conseille aux jeunes « de ne pas compter sur les structures de financements. Il les invite à prendre leur vie en main, à chercher des associés et collaborateurs et à se lancer ».

Atobine Ibrahim NEBIE invite les jeunes entrepreneurs à éviter de vouloir faire gros dans l’immédiat. Il faut d’abord commencer petit à petit, économiser et réinvestir pour atteindre ses objectifs. Il faut éviter de se focaliser sur l’aspect argent quand on veut lancer son business.

Nous retenons que l’Afrique regorge sans doute d’innombrables hommes et femmes aux projets émergents. Cependant, la réalité de l’entrepreneuriat sur le continent est telle qu’il faut plus que de l’ingéniosité pour tirer son épingle du jeu et aller au bout de l’aventure.

Facebook Comments

OCEAN'S NEWS ORGANISE UNE FORMATION REDACTION WEB

Articles similaires
ActualitésEntrepreneuriat

Chika Ofili, jeune Nigérian de 12 ans met au point une nouvelle formule mathématique

ActualitésEntrepreneuriat

SimulaMath, le logiciel sénégalais qui simplifie les maths

ActualitésEntrepreneuriat

Noussia Kokou rafle un prix au concours Jeune entrepreneur francophone 2019

ActualitésEntrepreneuriat

Emmanuella Mayaki, la Nigériane enseignante à 10 ans dans une école au Royaume-Uni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *