Dernière parution: Ocean's News No 12  (Version PDF)

La Conférence Choisis La Vie

Actualités

Du bois Ghanéen pour la restauration de Notre Dame de Paris

Du bois Ghanéen pour la restauration de Notre Dame de Paris

Une entreprise ghanéenne, ayant obtenu des concessions gouvernementales pour récolter le bois du Lac Volta, croit que l’utiliser pour reconstruire la cathédrale Notre-Damede Paris serait plus  écologique que d’abattre de nouveaux arbres. La proposition a été déjà reçue par le ministère français de la culture.

Des arbres tropicaux massifs ont été submergés sous le lac Volta depuis 1965, lorsque la construction du barrage Akosombo au Ghana a inondé une partie du bassin du Lac Volta. Le bois de cette vaste forêt sous-marine pourrait être utilisé pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris après que sa flèche et son toit ont été consumés par un incendie en avril dernier.

C’est du moins ce que pense Kete Krachi Timber Recovery, une entreprise Ghanéenne. L’entreprise a soumis sa proposition au gouvernement français, faisant valoir que l’utilisation du bois du lac Volta contribuerait à restaurer Notre-Dame de Paris dans son état original. Proposition qualifiée de “solution géniale” par certains experts. D’autres par contre préviennent qu’elle pourrait avoir des conséquences désastreuses pour l’écosystème du lac.

Lire aussi:  Togo: pari tenu par la Mission REA et le MVAC

On estime que 1 300 arbres, principalement des chênes, ont été abattus au XIIe siècle pour construire le cadre et la flèche emblématique de Notre-Dame de Paris. La zone déboisée à l’époque équivaut à 26 terrains de football. Selon Bertrand de Feydeau, vice-président de la Fondation du Patrimoine, la France n’a plus de chênes géants de la même taille et de la même maturité que ceux utilisés pour construire la structure originale.

Francis Kalitsi, président et co-fondateur de Kete Krachi, est d’accord. « Nous ne pensons pas qu’il y ait encore du chêne dans ces volumes pour la construction de cathédrales, alors que sous le lac Volta, on trouve des arbres africains typiques qui ressemblent aux chênes, leur densité peut varier de 650 kg à 900 kg par mètre cube. Ce sont des charpentes en bois qui pourraient être utiles pour la reconstruction », a-t-il dit.

La société ghanéenne Kete Krachi Timber Recovery affirme qu’elle pourrait vendre pour 50 millions de dollars US de bois au gouvernement français. Selon elle, ce bois est « beaucoup plus solide » parce qu’il a été préservé de la décomposition et a commencé à se fossiliser.

Lire aussi:  Côte d’Ivoire: Africa N°1 devient Africa Radio

Sa proposition a déjà été reçue par le ministère de la culture. Jérémie Patrier-Leitus du ministère français de la Culture, a déclaré à la BBC, que « pour l’instant, nous ne savons pas si le cadre sera reconstruit en bois ».

« Nous sommes en train de sécuriser le monument, puis nous devrons reconstruire la voûte et la flèche. La reconstruction commencera lorsque la structure du monument sera stabilisée et préservée. Nous étudierons les différentes offres généreuses une fois que nous aurons confirmé le matériau utilisé pour reconstruire le cadre », a-t-il déclaré.

Kete Krachi récolte déjà le bois sous-marin à l’aide de machines télécommandées guidées par vidéo, sono et navigation GPS. La majeure partie du bois est exportée vers l’Europe et une partie vers l’Afrique du Sud, l’Asie et le Moyen-Orient.

Source: BBC

Facebook Comments

Foire Internationale du livre de Lomé 2019

About author

Je suis Oscar ADIM, jeune passionné de l'écriture, rédacteur à Ocean's News. J'aime la vie, la lecture, la musique, et la mode. Retrouvez mes articles sur ce site https://oceans-news.com/ et dans les parutions du magazine digital Ocean's News. +228 99261037
Articles similaires
Actualités

Guinée : condamnation de six membres du Front National pour la Défense de la Constitution

Actualités

Entre les lignes du nouveau roman de Fatou Diome : ''les veilleurs de Sangomar''

ActualitésDossiers

Dossier : les diplômes ne garantissent plus un avenir meilleur

ActualitésEntrepreneuriat

Innovation : Initiative d’Ashinaga, le programme de leadership pour les africains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *