Dernière parution: Ocean's News No 12  (Version PDF)

La Conférence Choisis La Vie

Sport

Football – CAN 2019: la VAR fait son apparition !

Le VAR à partir des quarts de finale de la CAN 2019

La VAR apparaît à partir de ces quarts de finale de la Coupe d’Afrique des nations 2019. Sur fond de polémique suite à une panne lors de la finale de Ligue des champions africaine, la VAR fait son entrée en lice dans cette CAN 2019.

La VAR fait son entrée en lice dans la CAN 2019 comme annoncé lors des phases éliminatoires. Bonne ou mauvaise idée, nous en saurons plus lors de la toute première rencontre de ces quarts de finale.

Si certains sélectionneurs espèrent que l’assistance vidéo corrigera les erreurs entrevues lors des premiers matches, ils restent toutefois prudents sur ses effets secondaires. Alors que la Coupe du monde féminine, le Mondial U20 ou la Copa America ont toutes trois usé de la technologie vidéo lors de l’intégralité de leurs rencontres, la CAF, elle, a fait le choix d’adopter la VAR seulement à partir des quarts de finale de la compétition.

Le match entre le Sénégal et le Bénin sera donc le baptême de feu pour cet outil qui suscite bien souvent la polémique. Pour éviter de tomber dans ces dernières, la CAF assure avoir réalisé une batterie de tests en catiminie lors de quelques matches de poules et de huitièmes de finale. « Tout le matériel a été réceptionné, les essais ont commencé.(…) Tout se passe bien », a rassuré Moaz Hajji, le secrétaire générale de la CAF, la semaine dernière.

Lire aussi:  Ligue des champions africaine : la CAF a déclaré l'Espérance de Tunis vainqueur de finale

Aux prémisses de la compétition et du tirage au sort, les vingt-quatre sélectionneurs des nations qualifiées avaient, dans la majorité, émis le souhait d’une utilisation de l’assistance vidéo à l’arbitrage. Ils ont peut-être été refroidis par la récente défaillance de la VAR sur le continent, lors de la finale de Ligue des champions africaine qui opposait l’Espérance Sportive de Tunis au Wydad Casablanca.

Pour rappel, les Marocains se sont vu refuser un but que la VAR, tombée en panne, leur aurait sûrement attribué et ont alors refusé de poursuivre la rencontre. L’imbroglio n’est pas encore réglé puisqu’un match retour sur terrain neutre devrait être programmé après la CAN et que le Tribunal arbitral du sport (TAS) devrait bientôt être saisi.

« Faisons confiance en nos dirigeants »

Cette affaire malheureuse – et encore fraîche dans toutes les têtes – a conforté la décision du président de la CAF, Ahmad Ahmad d’instaurer la VAR qu’à partir des quarts de finale. « C’est une mesure de prudence. Les différents pays qui utilisent la VAR ne se sont pas précipités dès le début », avait confié le président malgache de l’instance africaine. En coulisses, des difficultés techniques de mise en place avaient également été évoquées.

Lire aussi:  Football - CAN 2019: Le montant de l’enveloppe du vainqueur

Concrètement, sur les pelouses, les équipes africaines gardent quelques souvenirs amers de la Coupe du monde 2018 en Russie lors de laquelle la vidéo avait souvent tranché en leur défaveur. On se souvient notamment de l’égalisation polémique de l’Espagne contre le Maroc (2-2). Le Sénégal en avait aussi fait les frais. « À la Coupe du monde, cela n’a pas penché de notre côté. Aujourd’hui, c’est difficile de dire si cela sera favorable ou pas pour le Sénégal. C’est une phase test, faisons confiance en nos dirigeants », se persuadait Aliou Cissé, le sélectionneur sénégalais, en conférence de presse, mardi dernier.

Sensibilisation pour les Sénégalais

Pourtant, quelques jours plus tôt, c’est ce même Aliou Cissé qui a fustigé un arbitrage – alors non épaulé par la vidéo – après la défaite contre l’Algérie (1-0) en phase de poules de la CAN et un penalty non sifflé. « Je n’ai pas envie de revenir sur l’arbitrage que j’ai trouvé, aujourd’hui je le dis, vraiment catastrophique, inadmissible, pour peser mes mots. Il y a des choses sur l’arbitrage que je n’ai pas envie de dire parce que je sais que je serais suspendu. » D’autres situations similaires ont été observées lors de la première partie de la compétition. La VAR pourrait réparer toutes ces erreurs humaines et jouer son rôle.

Lire aussi:  Football: Plus de représentant africain au mondial U20

Mais la vidéo pourrait également devenir un facteur qui influe et dénaturalise le jeu en cas de perte de contrôle. « J’espère que ça va fonctionner jusqu’au bout et qu’il n’y aura pas de problèmes techniques. (…) L’utilisation de la VAR est un plus pour le football parce que ça vient corriger des injustices. Un jour, ça peut vous servir, l’autre jour, vous desservir », a estimé Michel Dussuyer, sélectionneur du Bénin, mardi, à la veille d’expérimenter le dispositif. Côté Sénégalais, Malang Diédhiou, ancien arbitre international sénégalais, a rencontré les Lions pour les sensibiliser aux zones d’ombre de l’assistance vidéo et aux détails du règlement qui sont plus susceptibles d’être sanctionnés. Mieux vaut prévenir que guérir.

Source : francefootball

Facebook Comments

Foire Internationale du livre de Lomé 2019

About author

La rédaction du magazine Ocean’s News est composée de Web-Journalistes et de rédacteurs web passionnés par l’écriture. contact@oceans-news.com
Articles similaires
ActualitésSport

Ballon d’Or : trois africains en lice dont Sadio Mané

ActualitésSport

CHAN 2020 : Cameroun, Togo, Mali…. Liste complète des équipes qualifiées

ActualitésSport

CHAN 2020 : le Togo se qualifie malgré sa défaite

ActualitésSport

Cameroun : Étienne Eto’o, le fils de Samuel Eto’o privé de Coupe du monde U17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *