fbpx
MusiquePortrait

Portrait : Omar B, du trône au linceul

S’il y a une chose qui fait l’unanimité, c’est que l’artiste Omar B était doté d’une voix hors-pair et d’un talent exceptionnel qui lui a valu le surnom de « King of RnB » (NDLR roi du RnB). Cette voix qui a fait danser plus d’un s’est malheureusement éteinte le 20 février 2020, des suites d’une courte maladie.

Avant qu’il ne disparaisse de la scène musicale pendant de longues années, Omar B était l’un de ces rares artistes qui ont fait la pluie et le beau temps au Togo, entre 2009 et 2014. Dans cet article portrait de l’artiste, la rédaction du magazine Ocean’s News revient sur les grandes lignes de sa vie, 33 jours après sa mort.

Le fils de son père

Connu à l’état civil sous le nom d’Ahiangban Omar, Omar B a vu le jour le 29 mai 1984. Il avait donc 36 ans à sa mort. Son amour pour la musique, l’artiste l’a hérité de son père. En effet, ce dernier est un musicien qui, très tôt, initie le petit Omar au chant et à la guitare. C’est muni de ces acquis qu’Omar B fait ses premiers pas dans l’univers musical.

OCEAN'S NEWS N°15

La marche vers le trône

Dès 2004, Omar B forme un premier groupe et sort le single « Tell Me Why ». Le morceau RnB est bien reçu par sa fan base naissante, lui donnant une certaine notoriété auprès du public togolais. Mais le jeune artiste ne se contente pas de cette entrée réussie, il se rend à Cap Coast, au Ghana pour écrire les prochaines lignes de sa carrière musicale. Allant de groupe en groupe, il aiguise son talent musical et mûrit en tant qu’artiste.

Ocean's News - Portrait - Omar B, du trône au linceul
Omar B

Enfin prêt à conquérir un plus grand public, Omar B effectue un retour au bercail en 2007, pour se concentrer sur sa carrière. Il se fait accompagner par l’un des poids lourds de la musique togolaise, Tam Akim Toutou, qui devient son manageur. Ensemble, ils s’appliquent à établir le règne.

Lire aussi:  Portrait : Megudjou André Alexis, l’homme à la tête de CCA Bank

Le sacre du roi

Si 2009 a été une année banale pour beaucoup, elle a été marquante pour Omar B et sa carrière. En effet, ses sorties de singles connaissent tous un succès qui le transporte tout de suite au sommet de son art. L’année suivante, soit en 2010, Omar B, met son tout premier album « Amessiamé » sur le marché.

L’opus étant très attendu par le public, connait un succès sans précédent. « Amessiamé » contient des tubes tels que « Ma préférée », « Ogba », « Obé », « Trova » , pour ne citer que ceux-là. Il s’écoule à plus de 10.000 exemplaires. Le 12 novembre 2010, Omar B organise un concert dédicace de son premier album. Comme tout ce qui caractérise sa carrière, le concert est une réussite : il remplit le Palais des Congrès de Lomé et s’inscrit dans les annales comme le premier artiste de sa génération à accomplir un tel exploit, avec un premier album.

Mais l’artiste ne se repose pas sur ses lauriers pour autant. Il réédite l’album « Amessiamé » en y rajoutant d’autres bangers notamment « Lonlonwa » ou encore « Crois en Toi ». Ces nouveaux titres le ramènent de nouveau sous les projecteurs du Palais des Congrès de Lomé, qu’il remplit à nouveau en 2012. De là, il devient incontestablement le « roi du RnB » togolais. La cours des grands, l’artiste y est à présent. Il fait deux tournées nationales dans les grands stades du Togo.

Ocean's News - Portrait - Omar B, du trône au linceul

Pendant ce temps, il est sollicité sur une vingtaine de projets différents de ses confrères. Il multiplie alors les collaborations et, sous sa casquette d’arrangeur, il signe près de 500 chansons. Dans la foulée, le désormais « roi du RnB » sort un deuxième album en 2013. L’album titré « Lonlonwa » est composé de 17 titres. Ces derniers parlent d’amour, de messages motivateurs ou encore de la vie. Ce nouvel album est à nouveau favorablement accueilli par sa fan base. Six mois après sa sortie, « Lonlonwa » totalise le chiffre de 5000 exemplaires vendus.

Lire aussi:  Togo : All Music Awards 2019, les nominations

L’art dans le sang

Omar B n’était pas connu que pour sa musique. Danseur hors-pair, il était aussi chorégraphe. Son talent pour la chorégraphie, il l’a montré dans ses clips vidéo et lors de ses différents concerts. Il était également arrangeur et beatmaker dans son propre studio OB Connexion. Un peu touche-à-tout, l’artiste était aussi peintre par hobby. Ce savoir-faire dans le troisième art, il l’a appris auprès de son oncle.

Le moonwalk vers la sortie

Grand fan de Mickael Jackson, Omar B a comme lui interrompu sa carrière du jour au lendemain. En effet, après son deuxième album, le jeune talent fait un moonwalk vers la sortie de la scène musicale. On n’entendra plus parler de lui jusqu’en 2016 où il revient au-devant de la scène avec le single « Nyedeka ». Ce come-back est réussi puisque la même année, l’artiste décroche le trophée de “Meilleure vidéo de l’année” aux All Music Awards.

Toutefois, de l’eau a coulé sous le pont, Omar B n’est plus l’artiste plébiscité autrefois par le public togolais. Il n’est plus sollicité sur des évènements malgré ses efforts pour retrouver sa gloire passée. L’artiste sort d’autres singles tels que « Baby Mo » en 2017 ou encore « Mamacita » en 2018. Les chansons plaisent mais sans plus. Le 6 décembre 2019, Omar B revient avec son troisième album intitulé « Me, Myself and I ». Lors de la conférence de presse pour la sortie de l’album, il explique le titre de l’album dans un émouvant discours.

« La musique ce n’est pas facile. Être inspiré, rentrer en studio, écrire des textes, chanter, s’isoler pour écrire ce qu’on doit écrire, tout ça n’est pas facile. J’ai donc eu quelques problèmes parce que je n’étais pas prêt à ça. J’ai connu la trahison, des insultes, des boycotts, etc. Et cela a duré sept ans. Et pendant ces sept années, il n’y avait personne. Il n’y avait que moi, moi et moi, d’où le titre Me, Myself and I ».

OMAR B

La révérence du roi

Le retour d’Omar B au-devant de la scène musicale n’aura été que de courte durée. Deux mois après la sortie de son troisième opus, le roi a tiré sa révérence dans la nuit du 20 au 21 février 2020. Sa mort est survenue suite à une courte maladie. Une semaine après son décès, un titre posthume intitulé « Awoo Mawugne » a été mise en ligne par la maison de production Keizith, sous la bannière de laquelle il avait sorti son dernier album. Dans cette chanson adressée à Dieu, l’artiste remercie son Créateur et Lui demande de faire de lui une lumière. Omar B aurait-il été exaucé en rejoignant son Créateur ? La question reste posée.

Lire aussi:  [EDITO] MAGAZINE OCEAN’S NEWS N°14

Plusieurs acteurs du showbiz Togolais laisse entendre que la génération d’Omar B n’aura pas connu un autre artiste comme lui. De par les messages d’espoir et d’amour contenus dans ses chansons, l’artiste arrivait à toucher le cœur de beaucoup de Togolais et bien au-delà. À son enterrement le vendredi 21 février 2020, au cimetière d’Adétikopé, des milliers de fans, des confrères et autres acteurs du showbiz se sont déplacés pour lui rendre un dernier hommage.

Omar B laisse derrière lui une discographie riche contenant de nombreux classiques que ses fans ne sont pas prêts d’oublier.

REPOSE EN PAIX L’ARTISTE

Votre Note
Cliquez pour noter ce post!
[Total: 3 Average: 5]
actualité du COVID19 au togo
Tags
Afficher plus

Par Ocean's News

La rédaction du magazine Ocean's News est composée de Journalistes et Rédacteurs Web Togolais avec des correspondants dans certains pays d'Afrique : +228 9926 1037 / contact@oceans-news.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer