MAGAZINE OCEAN'S NEWS No 13: Disponible en téléchargement gratuit.

Actualité

Togo : retour sur la première édition de la Conférence Choisis la Vie

Retour sur la première édition de la Conférence Choisis la Vie

Tant attendue dans la capitale togolaise, la première édition de la Conférence Choisis La Vie portant sur le thème : « Les blessures intérieures, et si on en parlait… » s’est tenue entre les murs de l’Agora Senghor, samedi 26 octobre 2019. 

Pour cette édition de la conférence choisis la vie, nombreux sont les participants ressortis plus souriants et plus légers, car libérés de leurs blessures intérieures.

Les choses sérieuses ont commencé par l’entrée en scène d’Edwige Lawson qui a entretenu le public sur : « La place du père dans la guérison intérieure », son prélude étant assuré par Sam BHUL, artiste béninois qui a donné à la suite de sa prestation, un cri de guerre au public : « Je bombe le torse ».

Edwige Lawson tout au long de son intervention a expliqué dans un premier temps les différents rôles que doit jouer un père dans la vie des enfants et dans un second, proposé différentes étapes à suivre pour guérir de ses blessures intérieures. Notamment reconnaître qu’on est blessé et qu’on a besoin de guérison, confesser ensuite toutes les émotions négatives et enfin prendre conscience de l’amour de Dieu.

La conférence s’est poursuivie avec la seconde panéliste, Stéphanie Ahouannou, médecin, psychiatre en formation, venue tout droit du Bénin. Docteur Stéphanie a le plus insisté sur les manifestations psychosomatiques de nos vécus et pour elle, la majorité de nos afflictions trouvent leurs sources dans le psychisme des individus : « Le corps est l’ami de la pensée, ce que nous ne pouvons pas dire, notre corps nous aide à le dire », a-t-elle martelé tout au long de son intervention.

Une deuxième partie décisive

L’artiste de la chanson gospel Naïda Sambo  s’est chargée de « remuer » la salle après une brève pause qui a permis aux participants de souffler le temps d’accueillir l’invité surprise de la rencontre, l’on nomme Éric Tchagou. Selon M. Tchagou, nos blessures constituent des lunettes que nous portons et qui masquent notre vision. L’homme déclare : « Nous avons des capacités en nous qui ne peuvent pas sortir si nous ne sommes pas guéris de nos blessures intérieures ».

« Aucune guérison, transformation ni restauration n’est possible sans véritable prise de conscience », c’était la phrase d’entrée de Noellie Panda, promotrice de la Conférence choisis la vie et oratrice principale. Elle a mis l’accent sur le rejet et a précisé quelques signes qui montrent qu’on est sous le joug du rejet : « la sensibilité aux remarques, parler peu et ne pas donner d’opinion, douter de ses droits d’existence, chercher constamment la validation des autres » et bien d’autres.

Noellie Panda ne s’est pas arrêtée aux problèmes mais elle a donné plusieurs habitudes à bannir de sa vie pour s’en sortir parmi lesquelles on a pu retenir la projection, la compensation, le défoulement partiel, l’euphémisme, la rationalisation et le refoulement.

À l’issue de cette première édition de la conférence choisis la vie, Stéphanie Ahouannou, au micro du magazine Ocean’s News est revenue sur le déroulement de la conférence et sur le choix du thème centrale.

« Cette première édition de la conférence Choisis La Vie a porté en réalité sur les blessures intérieures, le rapport avec le corps et l’esprit car ces trois entités font l’être humain et sont donc indissociables lorsqu’on parle des émotions. »

« Nous avons insisté sur les émotions car elles constituent le centre même de l’âme, elles nous définissent, bref… nous sommes le fruit de nos émotions. Notre corps traduit toujours et par tous les moyens nos vécus et donc nos émotions, il est à noter que 80 % des maladies ne viennent pas d’un processus biologique », a-t-elle expliqué avant de poursuivre, « nous sommes bien ravis que les gens repartent d’ici restaurés. Pour garder un bon mental, malgré les émotions, je vous recommande de vous accepter, de croire en vous, rester fort malgré les moments de faiblesses et surtout ne pas être défini par l’opinion des autres. Pratiquez le plus souvent la résilience dans les moments de faiblesse. »

Rendez-vous en 2020 pour ce qui sera une deuxième édition de cet événement qui se donne pour mission de restaurer des vies.

About author

Journaliste / Rédacteur Web / Passionné du monde de la communication : +228 9158 2306
Related posts
Actualité

Togo : le CHU Sylvanus Olympio soutenu par le corps de menuiserie d'Agbalépédo

ActualitéDossiers

Une « Oasis » dans le quasi désert du cinéma togolais

ActualitéDossiers

Togo : notre top 5 des événements ayant marqué l’univers culturel togolais en 2019

Actualité

Burkina Faso : neuf policiers poursuivis par la justice

Inscrivez-vous à notre newsletter et soyez les premiers informés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.