Actualité

Cameroun : série d’attaques meurtrières dans le nord-ouest du pays

Le Cameroun a connu une série d’attaques meurtrières dans la nuit du samedi 7 au dimanche 8 mars 2020. Les villes de Galim et Bamenda sont celles touchées par ces attentats qui ont fait neuf morts et plusieurs blessés graves.

Dans le nord-ouest du Cameroun, le week-end du 7 et 8 mars 2020 a été particulièrement violent à cause d’une série d’attaques qui y a été perpétrée. Selon une note du ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, c’est dans la matinée du dimanche 8 mars, au cœur des manifestations de la Journée internationale des droits de la femme que des individus ont fait exploser une bombe à moins de cent mètres de la tribune officielle. Ces derniers sont présentés comme des sécessionnistes.

La grande détonation produite par l’engin explosif a tout de suite semé la panique et la désolation parmi le public présent sur les lieux de la parade du 8 mars. Le bilan s’est dressé à un militaire tué et sept blessés graves. Toutefois, le défilé interrompu pendant un laps de temps a pu reprendre après que le site soit sécurisé.

Plus tôt dans la journée, un groupe d’agresseurs, estimé à près de cinquante individus armés jusqu’aux dents, a débarqué dans une caravane motorisée dans la ville de Galim, située dans la région de l’Ouest du Cameroun, dans la partie francophone du pays et frontalière du nord-ouest anglophone.

La suite de cette série d’attaques a cette fois été perpétrée contre la brigade de gendarmerie et le commissariat de police de Galim. Le gouvernement a précisé que le bilan de ce deuxième attentat, d’une violence inouïe, a fait huit morts, dont deux gendarmes, deux policiers et quatre civils. L’une des victimes civiles était en garde à vue à la brigade de gendarmerie. Après leur attaque, les assaillants ont aussi emporté des armes et des munitions.

Lire aussi:  Santé : 05 conseils pour prendre soin de son cœur

Rappelons que le Cameroun, dans ses parties nord-ouest et sud-ouest, est en proie, depuis 2016 à une guerre civile qui a été baptisée, la Crise anglophone du Cameroun.

Cette guerre a déjà fait plus de 2000 morts et des centaines de milliers de blessés.

Actualité / Source : RFI

Votre Note
Cliquez pour noter ce post!
[Total: Average: ]

Par Paul AMEGNAGLO

Rédacteur en chef Chez Ocean's News

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *