ActualitéEntrepreneuriat

Kenya : la start-up InsectiPro utilise les mouches pour la gestion des déchets et l’alimentation animale

La start-up InsectiPro, dirigée par l’entrepreneure kényane Talash Huijbers, utilise les mouches pour la gestion des déchets et l’alimentation animale. 

Au Kenya, les aliments pour animaux sont généralement coûteux à la production et à l’achat, avec souvent un impact négatif sur l’environnement. Comme alternative, la start-up InsectiPro propose des protéines animales produites par les mouches soldats noires.

Fondée en 2018 par l’entrepreneure kényane Talash Huijbers pour répondre aux défis du gaspillage et de l’insécurité alimentaire, la start-up InsectiPro, spécialisée dans l’alimentation animale, se sert de l’activité des mouches soldats noires pour produire des sources de protéines alternatives en utilisant un processus circulaire.

Les mouches sont nourries à partir de déchets organiques pour produire des larves, qui sont par la suite séchées et transformées en aliments pour animaux. Les déchets excédentaires qui résultent de ce processus sont transformés en fumier utilisé par les agriculteurs.

Ces dernières années, le besoin d’une alimentation animale alternative est allé en grandissant. Les aliments pour animaux existants, tels que le soja et la farine de poisson, sont coûteux à produire et à acheter. D’un autre côté, la capitale kényane Nairobi produit 1 900 tonnes de déchets organiques chaque jour, et très peu sont recyclés. La start-up InsectiPro se sert donc de ces déchets pour nourrir les mouches soldats noires qui produisent des larves riches en protéines pour les animaux.

« Avec la croissance de la population et la pression environnementale sur l’industrie alimentaire actuelle, il faut des changements et des solutions innovantes. Pour nous, la solution, ce sont les insectes. Avec l’aide des insectes, nous nous efforçons d’apporter des changements dans l’industrie alimentaire », peut-on lire sur le portail officiel de la start-up.

La start-up InsectiPro produit actuellement entre 1 000 et 2 000 tonnes de larves par jour à destination des fermiers. Pour développer ses activités, elle a diversifié son offre et s’est également lancée dans la production de poudre de criquets pour l’alimentation humaine. La fondatrice, Talash Huijbers, nourrit l’ambition de mettre sur pied un système de production alimentaire durable afin de remplacer progressivement la chaîne de valeur actuelle.

Lire aussi:  Rokhaya NDIAYE : la panafricaine de la mode à Paris

L’activité d’InsectiPro permet non seulement de lutter contre la pollution par les déchets organiques, mais aussi de garantir une alternative moins coûteuse et plus accessible pour nourrir les animaux. La start-up doit néanmoins évoluer dans un environnement concurrentiel, notamment avec la présence d’aliments pour animaux importés et très prisés par les fermiers kényans.

L’entreprise mise sur son modèle économique basé sur la durabilité et la rentabilité pour se démarquer de la concurrence. Durant la pandémie de Coronavirus, la fermeture des frontières a ralenti les importations, ce qui a accru la demande des produits InsectiPro.

Votre Note
Cliquez pour noter ce post!
[Total: 1 Average: 4]

Par Ocean's News

La rédaction du magazine Ocean's News est composée de Journalistes et Rédacteurs Web Togolais avec des correspondants dans certains pays d'Afrique : +228 9221 3818 / contact@oceans-news.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *