ActualitéEntrepreneuriat

Découverte : Marie Ndieguene, conceptrice d’une unité de stockage en pneus et plastiques recyclés

Marie Ndieguene est une pépite pour le monde agricole sénégalais et africain par ricochet. Avec sa start-up EcoBuilders, la jeune entrepreneure sénégalaise a conçu une unité de stockage faite à base de pneus et de plastiques recyclés qui prolonge la longévité des récoltes.

Le stockage de denrées est un challenge de taille pour les petits exploitants agricoles du Sénégal. Pour venir en aide à ces derniers, l’entrepreneure Marie Ndieguene a créé des entrepôts écologiques qui utilisent la fraîcheur de la terre pour assurer la conservation des cultures. Baptisés I3S, ces entrepôts viennent résoudre le problème des pertes post-récolte dans l’agriculture au Sénégal.

L’I3S est conçu à base de pneus, de plastiques recyclés et de matériaux naturels. Il utilise les pneus pour ses murs, reliés par des bâtons et des bouteilles en plastique pour la stabilité. Des sacs en plastiques sont utilisés pour l’isolation et l’unité est ensuite recouverte d’une couche de latérite qui fonctionne comme une enveloppe thermique. 

L’I3S permet de préserver les produits agricoles sur une longue période en utilisant la fraicheur du sol. Marie Ndieguene, la fondatrice d’EcoBuilders, est l’ingénieure derrière cette innovation. Elle a créé l’I3S pour non seulement fournir des solutions de stockage appropriées et abordables aux agriculteurs, mais pour également contribuer à la lutte contre la pollution de l’environnement.

« Le développement de cette nouvelle technique de construction va révolutionner le monde agricole. C’est aussi une solution au désastre écologique auquel nous sommes confrontés avec les décharges massives. Nous travaillons avec la communauté pour lutter contre la pollution et l’insécurité alimentaire, en résolvant deux problèmes avec une seule innovation », a-t-elle précisé à la Royal Academy of Engeneering.

Pour concevoir l’I3S, Marie Ndieguene et son équipe ont fait une étude dans quatre localités. Leur constat est le suivant, les agriculteurs perdent 95 % de leurs récoltes faute de moyen pour les stocker correctement et durablement. Les unités de conservations existantes sont très coûteuses. Cela oblige les agriculteurs à vendre rapidement leurs récoltes à bas prix ou à subir des pertes lorsque les récoltes sont abîmées.

Lire aussi:  UEMOA : uniformisation prochaine des épreuves du baccalauréat

L’avantage de l’unité de stockage I3S est qu’elle n’a pas recours à l’électricité pour assurer la conservation des aliments. Selon Marie Ndieguene, la latérite utilisée permet de les conserver sur une durée plus longue que les méthodes préexistantes qu’utilisaient les agriculteurs. « Les pommes de terre peuvent être stockées jusqu’à 3 mois et les oignons jusqu’à 6, en utilisant le principe de la conservation thermique. Les méthodes de stockage traditionnelles permettent de conserver les pommes de terre deux semaines et les oignons trois », a-t-elle ajouté.

Outre la conservation des denrées, EcoBuilders contribue à la transformation des déchets en une solution de sécurité alimentaire en recyclant les pneus et les bouteilles plastiques. 

Toutefois, la conservation des récoltes grâce à la fraîcheur de la terre présente certaines limites. La méthode ne permet pas de conserver trop longtemps les fruits et légumes fissurés ou découpés, qui risquent de moisir. Elle ne permet pas non plus la conservation des produits laitiers, de poissons ou de viande. Ces derniers requièrent une plus grande capacité de réfrigération. Elle est essentiellement adaptée aux produits qui ne périssent rapidement.

Notons qu’en 4 ans, EcoBuilders a construit deux espaces de stockage dans deux communautés. Cela a permis de préserver 245 tonnes de pommes de terre et d’oignons.  La start-up a également recyclé plus de 20 000 pneus, 20 000 sacs et 30 000 bouteilles plastiques. La solution d’entreposage proposée par EcoBuilders a été récompensée en février 2021 par l’Africa Prize of Engeneering Innovation. Ce prix permettra à Marie Ndieguene et son équipe de gagner en visibilité et d’étendre son activité dans plusieurs autres localités du pays, voire du continent.

Votre Note
Cliquez pour noter ce post!
[Total: 1 Average: 4]
Interview avec Sefora Kodjo, Présidente du Conseil d'Administration de la Fondation SEPHIS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *