Actualité

Portrait du Professeur Ribio Nzeza, directeur du département de Culture de l’Université Senghor

À 37 ans, le Professeur Ribio Nzeza devient le plus jeune directeur d’un département de l’histoire de l’Université Senghor. À sa nomination, il est également devenu la première personnalité africaine à diriger le département de culture de cette université et le premier ressortissant d’Afrique centrale.  Ribio Nzeza succède au Français Jean-François Fau. Il prendra fonction le 1er octobre 2021.

Le  Professeur  Ribio Nzeza est de nationalité congolaise (RDC). Il est titulaire d’un doctorat en communications sociales de l’Université catholique du Congo et d’un master en gestion des industries culturelles de l’Université Senghor d’Alexandrie. Il est également titulaire d’un certificat en business, relations internationales et économie politique de la London School of Economics and Political Science. 

Ribio Nzeza est actuellement professeur associé au département des sciences de l’information et de la communication de la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Kinshasa et également à la faculté des communications sociales de l’Université catholique du Congo. Ses enseignements portent sur le management des industries culturelles et créatives, le journalisme multimédia, le journalisme d’investigation et les réseaux sociaux numériques.

Au niveau international, le Professeur  Ribio Nzeza est affilié comme enseignant au master 1 gestion des industries culturelles au campus de Saint-Louis du Sénégal de l’université Senghor d’Alexandrie. En mai 2019, il a fait partie des professeurs animateurs du séminaire “Dynamiques des sociétés africaines” au département de sociologie de l’université Laval au Canada au sein du Groupe interuniversitaire d’études et de recherches sur les sociétés africaines.

Sur le plan de la consultance, le Professeur  Ribio Nzeza est actif dans les industries culturelles (industrie musicale en particulier), les politiques culturelles, la gestion des projets culturels ainsi que le management des organisations culturelles et des entreprises de communication. Nommé à la tête du département de Culture de l’Université Senghor d’Alexandrie, il devient le plus jeune et le premier africain à accéder à ce poste.

Lire aussi:  Ghana : reprise des vols internationaux prévue pour le 1er septembre

Créée en 1990 à Alexandrie, en Égypte et basée dans la même ville, l’Université Senghor est l’une des quatre opératrices directes de la Francophonie, en plus de la chaîne de télévision TV5Monde, de l’Association internationale des maires francophones (AIMF) et de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). À Alexandrie et sur ses dix autres campus en Afrique et en Europe, l’Université Senghor propose des masters spécialisés et des formations courtes répondant à des besoins de renforcement de compétences des cadres pour le développement de l’Afrique. 

Ces masters sont déclinés en huit spécialités professionnelles dans quatre départements : le département « culture » avec la gestion du patrimoine culturel ainsi que le management des entreprises culturelles ; le département « environnement », avec la gestion des aires protégées et de la biodiversité  ainsi que la gestion de l’environnement ; le département « management », avec gouvernance et management public ainsi que management de projets  et le département « santé », avec les formations en nutrition internationale ainsi qu’en santé publique internationale. 

À Alexandrie, l’Université Senghor accueille chaque deux ans, entre 160 et 200 étudiants sélectionnés sur concours parmi plus de trois mille candidats de vingt-cinq pays différents. 120 d’entre eux, dont la moitié, bénéficient d’une prise en charge complète, sous forme de bourse d’études.

Votre Note
Cliquez pour noter ce post!
[Total: Average: ]
Interview avec Sefora Kodjo, Présidente du Conseil d'Administration de la Fondation SEPHIS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *