ActualitéNotre sélectionTech

Amazon, Apple, Google, Meta et Microsoft ensemble pour améliorer la technologie de reconnaissance vocale

Amazon, Apple, Google, Meta et Microsoft s’unissent pour améliorer la technologie de reconnaissance vocale, à travers Speech Accessibility Project.

À l’heure où la technologie est au centre du monde et de toute activité humaine, les géants d’internet s’engagent à la rendre favorable pour les personnes souffrant de troubles de la parole.

Amazon, Apple, Google, Meta et Microsoft veulent permettre aux personnes handicapées ou souffrants de troubles de la parole d’utiliser internet, grâce au projet « Speech Accessibility Project ». Il s’agit d’une initiative de recherche pluriannuelle lancée par l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign (UIUC) avec le soutien des géants d’internet et de quelques organisations de personnes handicapées à but non lucratif. Le lancement du projet a eu lieu le 03 octobre 2022. 

Speech Accessibility Project est un projet de recherche vocale. Il vise à rendre la technologie de reconnaissance vocale plus accessible aux personnes souffrant de troubles de la parole et de divers handicaps comme la sclérose latérale amyotrophique, la maladie de Parkinson, la paralysie cérébrale et le syndrome de Down (trisomie 21). L’objectif est de développer des systèmes de reconnaissance automatique de la parole, capables de comprendre la voix de toute personne, quel que soit son modèle vocal.

« Les interfaces vocales devraient être disponibles pour tout le monde, y compris les personnes handicapées. Nous avons donc créé une équipe interdisciplinaire unique, experte en linguistique, en parole, en IA, en sécurité et en confidentialité, pour nous aider à relever cet important défi », a expliqué le professeur de génie électrique et informatique de l’UIUC, Mark Hasegawa-Johnson

Pour atteindre cette vision, les initiateurs du projet veulent procéder par une collecte des paroles des personnes ayant une diversité de modèles de parole. Les chercheurs de l’UIUC veulent recruter des volontaires rémunérés pour fournir des échantillons de voix enregistrés, dans le but de créer un ensemble de données privées qui serviront d’outils de modèles d’apprentissage automatique.

La collecte des données se concentrera d’abord sur l’anglais américain. Avec Speech Accessibility Project, selon le National Institute on Deafness and Other Communication Disorders (NIDCD), il pourrait profiter à plus de 17,5 millions de personnes souffrant de troubles de la parole, rien qu’aux États-Unis.

Nouvelle parution du bimestriel panafricain Ocean's News

Par Estelle KETOGLO

Rédactrice Web / Reporter chez Ocean's News

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *