ActualitéNotre sélectionPortraitSport

Thérèse Maheza Anaming : valeur montante du semi-marathon

Depuis le Sénégal où elle réside, le parcours de Thérèse Maheza Anaming force l’admiration. Togolaise d’origine, cette athlète spécialisée dans la course semi-marathon fut révélée au monde athlétique par le marathon international d’Eiffage (Sénégal) en 2016. S’ensuivi plusieurs autres compétitions, où elle s’est toujours montrée à la hauteur des attentes de ses pairs.

Thérèse Maheza Anaming est née dans la préfecture de Sotouboua, au Togo. Elle est titulaire d’un Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC), obtenu en 2011. Après son BEPC, elle commence à travailler au grand marché de Lomé, en tant que vendeuse de produits cosmétiques.

Passionnée des tous petits à l’époque, elle s’envole pour le Sénégal dans une communauté religieuse. Là, Thérèse Maheza Anaming s’occupe d’un enfant autiste pendant quatre (04) ans. Suite à cette expérience, elle est engagée dans une école en tant que “Auxiliaire de vie scolaire”, puis dans une crèche en tant que responsable du personnel et chargée d’animation des enfants.

Les débuts de Thérèse Maheza Anaming en Athlétisme 

Le 14 février 2016, trois (03) ans après son arrivée au Sénégal, Thérèse Maheza Anaming participe au marathon d’Eiffage option Semi-marathon où elle finit première. Lors de l’édition 2017 du marathon d’Eiffage, Thérèse fut encore la première à franchir la ligne d’arrivée.  Pourtant, personne ne pouvait parier sur Thérèse avant le début de cette compétition, car quelques jours avant le marathon, elle avait été victime d’un accident, réduisant ses chances d’y participer.

Elle s’en souvient : « Deux (02) semaines avant le marathon, j’ai eu un accident à la descente des phares de mamelles à vélo. Transportée à l’hôpital par les sapeurs-pompiers, mon seul souci était de savoir comment faire pour participer au marathon ; le médecin me disait d’oublier cette compétition et de me concentrer sur mon rétablissement. Mais deux (02) jours après, j’ai repris les entraînements avec un foulard que j’utilisais pour couvrir mon visage couvert de blessures. En me voyant, mes voisins m’ont surnommé “tortue ninja”… Et le jour du Marathon je fus première à la ligne d’arrivée », a expliqué Thérèse. Elle réalise à partir de cet évènement sa passion pour l’athlétisme. Après cette expérience, Thérèse Maheza Anaming décide d’écrire son histoire dans l’univers de… […

Votre Note
Cliquez pour noter ce post!
[Total: 2 Average: 4.5]
Interview avec Sefora Kodjo, Présidente du Conseil d'Administration de la Fondation SEPHIS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *