ActualitéEntrepreneuriatPortrait

Portrait : Jean-Marc Eliaka et la destination Amérique du Nord

Selon les statistiques nationales canadiennes, le nombre d’Africains immigrant au Canada aurait grimpé en flèche. C’est une augmentation de 110 000 personnes annuellement. Basé près d’Edmonton, l’homme d’affaires africain Jean-Marc Eliaka, installé au Canada depuis les années 2000, a senti le bon filon. Sa cible :  l’importation du coprah de la Côte d’Ivoire à destination de l’Amérique du Nord.

Tout part d’une étude, celle concernant le coprah. C’est grâce à ce produit, dont la Côte d’Ivoire est le 5e exportateur mondial selon plusieurs sources concordantes que, la famille ELIAKA a saisi cette opportunité, pour travailler avec des producteurs de la filière. L’objectif : trouver une quantité non négligeable, pour l’exporter en Amérique du nord et en Europe, en étant le fournisseur principal. 

C’est ainsi que Natural Products Import-export Inc prend naissance. « Mon frère se trouvait sur place, dans la région de Grand-Bassam pour sélectionner le coprah en lien avec les entreprises transformatrices qui sont exigeantes sur la qualité », indique Jean-Marc Eliaka. Depuis la création de Natural Product « les exportations passent de 12 tonnes à 300 tonnes/an », rajoute l’entrepreneur ivoirien. La présence sur place de son frère vise à accroître la productivité du cocotier et améliorer sa compétitivité ».

Les potentialités restent énormes. Plus de 7 000 hectares de cocoteraies ont été plantées au cours des dernières années, laissant prévoir un supplément de récolte équivalent à plus de 20 000 tonnes de coprah dans le Grand Bassam, situé dans le sud de la Côte d’Ivoire. « Pour l’Europe, le principal importateur se trouve en Hollande, alors que le coprah s’exporte aussi en Amérique du Nord – Etats-Unis et Canada », indique avec fierté Jean-Marc Eliaka.  

Lire aussi:  Togo : nouvelle baisse du prix du carburant à la pompe

Si le coprah résiste bien aux crises, la diversification est aussi une impérieuse nécessité pour les acteurs du secteur qui ne peuvent pas tout miser sur le coprah. « Nous exportons aussi de l’avocat pour augmenter notre chiffre d’affaires en pensant à d’autres marchés », détaille Jean-Marc Eliaka.

D’autres études de marché sont en phase de finalisation, pour connaitre les demandes de l’industrie agro-alimentaire, incluant aussi l’industrie pharmaceutique en Amérique du nord qu’en Europe sur l’utilisation d’autres produits naturels. 

« A titre d’exemple, la Côte d’Ivoire occupe le deuxième rang de producteur mondial de Cola derrière le Nigeria. La récolte annuelle ivoirienne oscille entre 50 000 et 70 000 tonnes, en faible progression jusqu’en 1995, elle était déjà de 74 700 tonnes.  Le chiffre d’affaires annuel est de plus de 140 milliards. Environ 30% de la production ivoirienne de cola est exportée vers la sous-région, et nous pensons à d’autres produits tout aussi significatifs comme le Karité, le Gingembre », conclu notre interlocuteur, qui réfléchit aussi sur le marché sous-régional, voir régional. Et comme le Canada tend à devenir un marché diasporique important, la demande ne risque ainsi pas de fléchir d’ici les prochaines années. 

Votre Note
Cliquez pour noter ce post!
[Total: Average: ]
Interview avec Sefora Kodjo, Présidente du Conseil d'Administration de la Fondation SEPHIS

Par Rudy CASBI

Journaliste / Rédacteur Web chez Ocean's News

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *