ActualitéTech

Le Congo hébergera le Centre africain de recherche sur l’IA

La République du Congo abritera le Centre africain de recherche sur l’intelligence artificielle. Ce dernier sera installé à l’Université Denis Sassou Nguesso de Kintele.

L’implantation de ce centre est appuyé par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA). Cette instance collabore avec l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) et l’Union internationale des télécommunications (UIT).

À cet effet, le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Économie numérique, Léon Juste Ibombo, celui de l’Enseignement supérieur, Jean Bruno Itoua, et Vera Songwe, la secrétaire exécutive de la CEA ont signé un accord de partenariat le mercredi 3 mars 2021. L’accord a été signé en marge de la 7e session du Forum régional africain sur le développement durable (FRADD2021). L’évènement s’est tenu à Brazzaville du 1er au 4 mars 2021.

Selon Mactar Seck, chargé des questions numériques au sein de la division des technologies, du climat et des ressources naturelles à la CEA, la Commission « en collaboration avec ses partenaires entend appuyer les pays africains et mettra tout en œuvre pour que le Centre puisse être vecteur de l’amélioration de la recherche en intelligence artificielle pour le bénéfice de l’ensemble des pays africains. Nous allons développer un programme de travail et des axes de recherche sur lesquels le Centre va se focaliser ».

La CEA a expliqué le choix de la République du Congo comme hébergeur du centre par les relations particulières qu’elle a eues avec le pays. Il s’agit notamment de la mise en place d’une plateforme de communication pour la santé en vue de lutter contre la Covid-19 ; et des améliorations observées dans la lutte contre la pandémie ; d’un environnement universitaire qui présente beaucoup d’opportunités pour le développement des technologies.

Lire aussi:  Portrait : Fadji Zaouna Maïna, parcours de la première scientifique nigérienne à rejoindre la NASA

« La croissance de l’intelligence artificielle au cours des cinq prochaines années est estimée à 33% ; sans compter qu’elle peut générer jusqu’à 4,3 milliards de dollars pour le continent […] Ce Centre permettra de développer non seulement l’intelligence artificielle dans le pays ; mais aussi au niveau de l’Afrique ; parce que l’intelligence artificielle présente beaucoup d’opportunités », a souligné Mactar Seck.

Votre Note
Cliquez pour noter ce post!
[Total: Average: ]

Par Paul AMEGNAGLO

Rédacteur en chef Chez Ocean's News

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *