ActualitéEntrepreneuriatNotre sélectionPortrait

Togo : Peace Vera Ahadji, une histoire, un combat 

Elle est jeune, active et porte l’engagement social dans le cœur. Celle que vous découvrirez dans les lignes qui vont suivre est une jeune togolaise activiste dans l’âme qui répond au nom de Peace Vera Ahadji. Économiste du développement de formation et spécialisée en santé publique, cette jeune leader allie à ce métier la casquette d’activiste de la santé mentale à travers l’association Hands From Above dont elle est la présidente. Elle est par ailleurs Directrice de la société The Health Concept.

À la croisée de plusieurs pays, Peace Vera Ahadji forge ses connaissances et son amour pour la cause des personnes avec un handicap mental naît progressivement. Elle commence son parcours scolaire au Togo, poursuit son cursus universitaire au Burkina-Faso en sciences économiques et de Gestion puis se spécialise en Santé Publique Internationale à l’Université Senghor d’Alexandrie, en Egypte. Ancienne boursière du prestigieux programme Américain YALI, Peace Vera Ahadji a étudié l’Engagement Civique à l’Université du Delaware aux Etats-Unis.

Peace Vera Ahadji : un regard nouveau sur la santé mentale 

Tout débute en 2013 pendant ses années d’études au Burkina-Faso alors qu’elle mène un travail dans un orphelinat. Elle s’éprend pour une fille malade dont la mère souffrait d’une maladie mentale. Cette histoire change sa perception des choses et la pousse à s’intéresser davantage à la question des troubles mentaux. C’est ainsi qu’avec d’autres amies, Peace Vera Ahadji crée l’association Hands From Above.

Hands From Above ou ‘’Les mains qui viennent d’en haut’’ à l’image du Seigneur intercesseur, – est une association à but non lucratif dont la vision est de restaurer la dignité des personnes obligées de vivre avec une maladie mentale. L’association est située à Adidogomé, Carrefour La Pampa au 1er étage de l’agence BTCI (Lomé). « Nous œuvrons à mieux faire connaitre la santé mentale et à venir en aide aux personnes qui ont des problèmes de santémentale », explique à Ocean’s News la présidente de Hands From Above. « Notre mission est de briser le stigma associé à la maladie mentale à travers la sensibilisation et de créer un environnement où l’amour du prochain surpasse tous les préjugés sociaux associés à la maladie mentale en général », précise Peace Vera Ahadji. L’association est composée d’une équipe pluridisciplinaire qui est à l’écoute des personnes cherchant à mieux comprendre la santé mentale, des personnes qui ont des problèmes de santé mentale ou qui vivent avec un handicap mental ainsi que leurs proches.

Peace Vera Ahadji
Peace Vera Ahadji, Présidente de l’association Hands From Above

Depuis la création officielle de l’association en 2017, Vera Ahadji avec son équipe ont mené plusieurs actions sur le terrain avec des milliers de personnes touchées. Entre formations, tours médias, prise en charge des malades mentaux et suivi médico-psychologique, Hands From Above ne cesse de poser des actions fortes en se montrant solidaire des personnes atteintes de maladie mentale. L’une des particularités de l’association est sa capacité à sensibiliser depuis la base en impliquant les acteurs locaux et les leaders communautaires.

L’Opération Agbéyéyé pour une réinsertion des malades mentaux dans la société 

L’association Hands From Above est initiatrice de plusieurs projets tels que “l’Amour En Action (soutien à un centre de prise en charge)” qui a lieu le 15 août de chaque année et “le cocktail de l’amour”, un évènement de sensibilisation et de mobilisation de ressources pour les actions de l’association. D’autres projets sont également en perspective dans le cadre de la journée mondiale de la santé mentale, mais pour l’heure, l’un des projets phares de l’association est “l’Opération Agbéyéyé”.

C’est un projet qui consiste à la prise en charge médico-psychologique et à la réinsertion socioprofessionnelle des personnes vivant avec la maladie mentale et errant dans les rues. Il a connu une phase pilote entre 2020-2021 et a permis de sortir de la rue six (06) femmes vivant avec une maladie mentale. Prévu pour une durée de trois (03) ans…  [Pour lire l’intégralité de cet article, rendez-vous à la page 22 du magazine Ocean’s News N°22].

Dani AKAKPO, Directrice Générale de la société TAAL-SA en couverture du magazine Ocean's News

Aurélie SANHOUIDI

Rédactrice Web / Reporter chez Ocean's News

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.